COLLEGE IMARA- SAINT FRANÇOIS DE SALES 192-2016

I. PERIODE COLONIALE (1912-1960)

a. Les origines

Les premiers pionniers salésiens de Don Bosco sont arrivés à Elisabeth ville le 11 novembre 1911. Et conformément à la décision du vicariat apostolique, les salésiens de Don Bosco démarrent les activités scolaires le 12 février 1912 sur l’avenue Léopold II (Kasavubu) au n0 207.

La nouvelle école est réservée aux jeunes garçons européens.

Dans la suite des temps l’école essaime vers le site actuel c’est-à-dire 1575 avenue EMILE WANGERME (MAMA YEMO). Cette migration devient effective le 20 novembre 1912. Chapelle, internat ;(1918-1920).

• Quelques faits saillants

Plusieurs circonstances marquent l’histoire du collège. Chercher à les inventorier serait mais prétentieux aussi nous nous limiterons aux

• La crise (1926-198)

Elle s’explique principalement par le manque d’un personnel qualifié et suffisant, par les problèmes financiers aussi

  • Le relèvement (1936-1939)

La conjugaison de La croissance des effectifs du fait de la seconde guerre mondiale et des exigences administratives engendre cette normalisation. L’école secondaire fonctionne effectivement.

  • L’essor (1939-1955)

Soutenu par les autorités politico-administratives et par celles ecclésiales, le collège gagne davantage la confiance des Evillois C’est durant cette période que plusieurs laïcs seront engagés comme éducateurs. Le renforcement des capacités pédagogiques des salésiens de Don Bosco est organisé. Plusieurs activités parascolaires attirent bien les jeunes au collège : acolytat, scoutisme, patronage, ciné- forum, chorale, radio collège. L’école compte plus de 1000 élèves (noirs, blancs, jaunes, et d’autres) à l’aube de l’indépendance. Le premier noir demeure BON AVANTURE MUGALU.

II. Période post coloniale (1960 à nos jours)

 

Elle se caractérise par bien des réalités qui pouvaient se résumer en quelques lignes.

a)    L’école se voit attribuer le statut (1960-1962)

 

  • Ecole de l’indépendance
  • Ecole katangaise

C’est durant cette époque que plusieurs jeunes noirs font leur l’entrée au collège. Nous pouvons citer dans le tas les enfants des bourgeois congolais ou katangais (sécessionnistes) Exemple MUNONGO, NGUZ, KIWELE, KANIKI, KASONGO, MWEPU, KOMICHELO.

  1. b) L’école subit une grande mutation avec l’africanisation et du personnel et du programme (1962-1971)
  2. c) La fourchette temporelle (1971-1977) est marquée par bien des faits notamment la debatisation du collège en Institut Imara (persévérance) alors les élèves eux considèrent IMARA comme l’Institut Marie Auxiliatrice Reine d’Afrique. Il faut signaler également la suppression des mouvements juvéniles : Kiro, Scout, …
  3. d) L’application de la convention entre l’église et l’Etat (1977-1992) se fait dans un climat de vive tension : grèves récurrentes

Nous ne passerons pas sous silence la commémoration des soixante- quinzième anniversaires du collège IMARA et du lycée TUENDELEE.

  1. e) 1992-2002 restes caractérisés par la prise en charge des « éducateurs » (instituteurs, professeurs) par les parents la voie est grandement ouverte au système F.I.P (frais et l’intervention ponctuelle)
  2. f) La période allant de 2002 à 2016 voit le collège évolué

 

  • Sous la direction de jeunes prêtres salésiens de Don Bosco

– Jean Claude KINKONDE

– Jean Claude KAYUMBA

– Oscar KILUFYA

– Pierre CILAKA

– Emmanuel SALUMU

Nb : ici, il est question de l’œuvre c’est-à-dire la communauté (C.E.P)

  • L’école primaire est gérée par des salésiens de don bosco soutenus par des laïcs expérimentés.

– Donatien BANZA WANONGA

– Faustin ILUNGA KASEBA

– Hyacinthe BWAMBU

– Christian TSHAKA WIK

– Emmanuel SALUMU

  • L’école secondaire garde dans sa mémoire

– Jean Claude KIKONDE

– Oscar KILUFYA

– Joseph FERUZI

– Jean Marie RUBAKARE

– Didier CABALA UMBI

– Pierre MAIBWE

Parmi les laïcs qui contribuent à la bonne marche d’IMARA, il faudrait jeter des fleurs à ces personnages

  • Pour l’école primaire

– Célestins TSHILUMBA KABENGELE

– Raymond MBAZ MIJ

– Arthur MALALE NSHIKALA

– Jacques KASEBULA MWALOMBO

– Sylvain KAYO K’HAFUME

– Marie jeanne BILONDA MULUMBA

  • Pour l’école secondaire

– Louis KABEYA KATALAIE

– Valentin KAFWIMBI KIKONDE

– Jacques ILUNGA KABANGE

En fin, nous reconnaissons les grandes transformations subies par l’école. A titre exemplatif, citons

– Salle du centenaire

– Salle de l’espérance

– Pelouse à l’école primaire

– Immeuble de la direction / école primaire

– Pavés parcellaires à l’école secondaire

– Transformation des laboratoires, des vestiaires et autres locaux en salles de classe.

– Augmentation sensible et inquiétante des effectifs (élèves et éducateurs) : école primaire plus ou moins 4000 école secondaire plus ou moins 2500

Plusieurs activités parascolaires sont organisées : Kiro, chorale, acolytat, chorale, scoutisme, …

Le collège héberge la R.T.C.L, la radio don bosco et l’ECOPO sans oublier les bureaux des Salésiens coopérateurs, des Volontaires de Don Bosco, des AEDB. Voire les activités féminines (étages école), les cabinets des avocats (idem), la CDAC (côté couvent)

Aujourd’hui la communauté des salésiens de don bosco comprend :

Les pers : Emmanuel SALUMU (directeur)

  • MARIO VALENTE (recteur chapelle REGINA MUNDI)
  • Pierre MAIBWE TAMBWE (vicaire) et préfet des études
  • Wilfrid MUSHGALUSHA
  • Guy MULAISA
  • Pierrot MONGA

Les aspirants (les abbés) :

Bienvenu KASEREKA

Jean Marc MUKALA

Emmanuel DIBWE

Jean Marie MUKELA